ahmed bencherif écrivain et poète

Bienvenue sur le blog de ahmed bencherif blog de culture et Littérature

14
jan 2022
Posté dans Non classé par bencherif à 10:00 | Pas de réponses »

Keira

 

 

O Keira ! Ecoute mon appel dans la nuit

Solitaire et vide, monotone et triste,

Sous un ciel sombre sans lune qui reluit

Sans constellations brillante, filante.

 

O Keira ! Ecoute mon appel émerger

De mon coeur oppressé par l’atroce langueur,

De mon moi qui reste, sur ta beauté, figé,

Ensorcelé à fond par tes attraits charmeurs.

 

Qu’il souffre loin de toi, loin de ton haleine !

Grâce ! Viens dans mes bras et guéris sa douleur

Par simple caresse, viens curer sa peine.

L’étreindre dans tes bras, lui prodiguer bonheur.

 

Nous irons par l’oued, au milieu des roseaux,

Des lauriers, tamaris, des ronces et palmiers

Entre la dune d’or et les jardins si beaux

Plantés de figuiers, de géants pommiers.

 

Qu’elle est belle ta voix, douceur et harmonie,

Legs d’une légende encore vierge

Qui cache les amours, par les dieux, bénis

Vécues ardemment, sans voile, ni cierge

Nous irons nous marier sous nos beaux peupliers

Sur un tapis de fleurs odorantes et gaies,

Non loin de la vigne verte et du figuier

Fêtés par un concert de chants du merle et du geai.

 

Le printemps arrive, témoin de notre sacre.

L’automne n’est pas loin, témoin de notre serment.

O saisons lointaines ! Pitié de ma vie acre !

Pliez les jours et les nuits ! Hâtez l’évènement !

 

 

O Keira ! Trouve-moi le séjour pour rester,

Rester à tout jamais dans tes bras accueillants,

Par les jours joyeux, par les nuits veloutées,

Evoluer toujours autour de ton rayon.

 

Toi qui parus en ce printemps fleuri et verdoyant,

Comme un soleil d’été aux aurores,

Ou la lune rousse dans un ciel attrayant,

Un jardin bien tenu embaumé de flore,

Toi qui soufflas de loin un espoir recherché

De saison en saison, qui m’avait ébloui,

Qui avait ranimé mon tonus relâché,

Sous le poids du doute, quand tout semblait enfoui.

Quelle dîme  payer ? Seul mon cœur prend valeur.

 

Je t’en fais le présent le plus cher de ma vie,

Tu sauras le combler de havre et de bonheur,

Et en toi lui créer l’adorable logis,

Le dernier refuge dans l’attrait des splendeurs.

 

Que c’est beau, quand l’oiseau entre dans ma chambre

Au lever du jour frais, me lance ton anneau,

Quand il revient le soir me parfumer d’ambre.

Il n’en est d’égale grâce, toujours de renouveau.

 

Le sais-tu seulement ? Mon art reste rivé.

Il reste suspendu à tes lèvres fines

A ta main si douce, aux jours radieux rêvés,

A ton corps harmonieux, à ta belle mine.

 

Chante mes berceuses pour tes nuits blanches,

Suis mon chemin sans heurt, tu auras le havre

Pour dormir jusqu’au tintement des cloches,

Te lever bien fraîche et avec le sourire.

 

14
jan 2022
Posté dans Non classé par bencherif à 9:57 | Pas de réponses »

T’en souvient-il de ces confidences

Pour voir ton bambou, les deux rochers sur mer

Au jour qui ne vint pas ? C’est une souffrance

Pénible à supporter, d’un goût très amer.

 

Ah ! Quelle tristesse ! Tu étais si déçue,

Quand tes amies te firent le faux-bond

Par mauvais présage de nouvelles reçues

A propos de la vie, qui, brève se morfond.

 

Dessein différé ! Quel malheur sans égal,

Quand l’absurde contraint à fuir les contrées.

Je fus autant peine et, de langueur, pale,

Mais heureux de goûter au symbole caché.

 

Tristesse d’automne, quand les feuilles tombent,

Le ciel est noir, chargé de nuages,

L’éclair s’énerve, le tonnerre gronde,

Des estivants grisés désertent les plages.

 

C’est la mélancolie, on promène son spleen

Dans les rues engorgées de flaques d’eau sale.

Des passagers pressés moisissent en ligne,

Soucieux et grincheux, encombrés de malles.

 

Les oiseaux étoffent vaillamment leurs nids,

Le laboureur range ses outils usagés,

Les migrateurs volent dans l’azur bruni,

Traversent mers et océans sans danger.

 

En haut du minaret, la cigogne blessée

Attend sa guérison pour claquer ses ailes,

Survoler les prairies rouges ensemencées,

Conquérir de nouveau le ciel.

.

Elle essaya en vain, quand sortit l’automne.

Les gens étaient surpris de la voir tous les jours

S’ébattre sans succès pour joindre la faune,

Résignée de fixer son nid dans le bourg. .

Le pieux muezzin montait jusqu’au dôme,

Gravissant les marches raides et longues,

La soignait, lui donnait les grains et le chaume,

Adoucissait en eau tiède sa langue.

 

L’échassier trouvait dans ce lieu sain des forces

Pour tenter sa chance une nouvelle fois,

Par un ciel doux, pur et sans averse,

Planer dans les airs, se poser sur le toit.

14
jan 2022
Posté dans Non classé par bencherif à 9:53 | Pas de réponses »

Quelques jours plus tard, l’ambiance était multiforme au marché des fruits et légumes. Des fellahs, des laitiers et des montagnards vendaient leurs produits dont ils vantaient les qualités, en chantonnant indéfiniment, en interpellant chaque passant, en l’accrochant quelques fois. Astuce, savoir faire, manque de dignité ? C’était la coutume des ambulants, acquise au fil du temps dont ils tiraient le plus grand profit, sans état d’âme et sans complexe. Leur lexique était si recherché que d’aucuns n’y restaient insensibles. Il était soigneusement élaboré, richement imagé, malgré l’indigence intellectuelle de ses promoteurs ou de ses utilisateurs : « glands chauds pour les nuits d’hiver, herbes potagères pour la ménagère, plantes médicinales de virilité ». Les vendeurs étaient charmants, sympathiques, souriants en permanence. C’était leur caractère naturel qui leur permettait de commercer en plein air, dans la confusion des bruits, avec des clients diversifiés, peu exigeants, marrants qui complétaient ce décor burlesque unique.

 

Une peau blanche était là. Elle emplissait son petit couffin en osier qu’elle portait au bras : persil, radis, poireaux. Mais, elle se pavanait, se dandinait, promenait sa belle croupe plantureuse, exhibait les deux grappes rondes et pointues de sa poitrine, souriait malicieusement, faisait l’œil doux ou dardait de son regard, mâchait ses lèvres. Les hommes la suivaient des yeux, ne la quittaient pas, restaient suspendus à ses attraits, s’imaginaient avec elle, dans son petit studio qu’elle occupait dans une petite rue discrète du village. Elle incarnait la sensualité ce dont chacun en raffole ici-bas, elle faisait oublier la notion du péché, le jour de la résurrection. Chaque partie de son corps envoûtait et si les oiseaux avaient une capacité d’assimilation, ils s’y percheraient, la croyant un succulent mûrier.

 

Lolita, c’était son nom, un nom facile à prononcer, à retenir, comme de l’eau, trois syllabes qui sortent de la bouche comme un chant mélodieusement passionnant, s’insinuent à travers l’intelligence, se logent dans l’instinct, enflamment le désir, font bondir l’agonisant sur son séant. Elle était jolie, pleine et vivait amoureusement son trentième printemps. Elle s’installa depuis six mois dans le village et faisait fructifier, dans sa loge, son unique capital, son trésor caché. Elle sélectionnait ses partenaires et, pour sauver les apparences, fixait des rendez-vous, au lieu de se faire accompagner. Elle croisa Hamza qui circulait entre les allées. Elle le vit pour la première fois et l’eut dans sa chair. Elle s’arrêta en face de lui, posa sa superbe forme, cligna de l’œil. Il l’ignora, passa son chemin.

 

Hamza continua sa petite vadrouille et vit, dans la petite foule, son ami, Mabrouk, occupé à vendre des glands. Il le rejoignit aussitôt, content de masquer la gêne  qu’avait laissé en lui Lolita. Les deux jeunes gens se saluèrent amicalement, s’interrogèrent des yeux sur leurs préoccupations d’avenir et dirent en même temps : « Et alors ? ». La question resta sans réponse. Ils comprirent qu’il n’y avait rien de neuf. « Cette fille est un scorpion, au venin mortel, dit Mabrouk. Elle ira tout droit en enfer avec tous ceux qui tombent sous son hypnose et partagent sa couche ». Son voisin intervint sans être convié et dit : « C’est une jument qui s’emballe en piste ». L’allégorie significative révolta Mabrouk dont les traits se durcirent et les yeux giclèrent du sang.

 

- Quelle impudeur, dit Mabrouk. Quelle mauvaise éducation ! Tes paroles pécheresses te mèneront dans les chaudrons de la géhenne ; tu es homme corrompu par le diable.

 

Sa réaction prompte et vigoureusement moralisante sidéra le voisin. Celui-ci comprit machinalement qu’il avait à faire à l’un de ces gens bornés qui s’abreuvaient d’un Islam pur, à ses premières origines, et qui croyaient que l’humain devait se comporter en ange, ignorer ses désirs, bloquer les sphères de son imagination, taire les pulsations de son cœur, soit vivre dans un monde vertueusement idéalisé. Il savait que ces apprentis soufis ne comprenaient pas grand-chose ni à la religion, extrêmement tolérante, ni à la vie et renonça à lui montrer le semis de sa colère.

 

Hamza ne fit aucun commentaire, par crainte de jeter de l’huile sur le feu entre les deux antagonistes dont il ne pouvait prévoir les réactions. Il ne tenait pas à arbitrer une épreuve entre l’intolérance aveugle de l’un et la passion débridée, de l’autre. Les deux personnages manquaient d’éducation, la plus élémentaire : Mabrouk s’incarnait en censeur de mœurs avec brutalité, le voisin avait fait irruption dans une discussion sans être convié. Il dit calmement à son ami que la nature des hommes était complexe. En rencontrant son ami, Mabrouk n’avait plus envie de faire encore le marchand de fruits forestiers. Il ramassa deux ou trois tas de glands invendus et les mit dans son sac. Il l’offrit à Hamza et le pria de l’accepter, en soulignant que tous les gosses en raffolaient. Le modeste présent fut accepté  sans formalisme.

 

Les jeunes se retirèrent à l’écart pour discuter librement de leurs préoccupations. Mabrouk était moins enthousiaste que la dernière fois : l’action future était gigantesque et lui paraissait quasiment impossible. Il dit que la voie du baroud était semée d’embûches et de danger. Hamza le regarda avec perplexité et lui demanda s’il se rétractait. « Me rétracter, moi, répliqua-t-il ? » Il ne se rétractait pas ; la préparation matérielle s’avérait ardue et longue, exposée à de multiples aléas. Il n’avait pas flanché ; il doutait du succès de leur entreprise qui lui semblait suicidaire. Il s’agissait d’acheter clandestinement des armes à feu qui transiteraient par des frontières étroitement surveillées par la cavalerie.  Hamza le rassura en disant que les fournisseurs travaillaient aussi dans l’anonymat total, reliés les uns aux autres par une longue chaîne qu’il était difficile de remonter. Il ajouta qu’il faudra prendre contact avec les gens de Oued Souf qui ramenaient des articles prohibés, tels que les journaux égyptiens ou tunisiens qu’il avait l’habitude d’acheter à Meliana.

 

- Puisque tu dis que tout se passera bien, commençons à travailler au plus tôt, dit Mabrouk. Tu devras d’abord connaître les adeptes de la confrérie religieuse et je te propose de venir chaque vendredi prendre part à la cérémonie religieuse.

- Oui, je viendrai sans faute. A plus tard.

14
jan 2022
Posté dans Non classé par bencherif à 9:51 | Pas de réponses »
  1. 1.      Psychologie de la conquête française

La marine algérienne partout imbattable en Méditerranée ou en Atlantique, était crainte par les autres puissances navales des États unis d’Amérique, de l’Angleterre, de la France et de bien d’autres. Les combats qu’elle menait attestaient sa bravoure, son amour pour le danger, son gout pour le risque. Mais elle devenait trop problématique, trop inquiétante pour la sécurité navale que pour l’évolution logique dans laquelle étaient engagés tous ces états adverses. Cette fois, il fallait employer les grands moyens. Allait-elle encore gagner ses paris et survivre à toutes ces guerres navales qu’elle avait menées ?

La navigation fructifiait pendant presque trois siècles, sur les côtes, au nord et au sud de la Méditerranée, pour le commerce d’esclaves, capturés lors des guerres ou de razzias qu’opéraient les nations d’Espagne, du Portugal, de la France, de l’Angleterre, de Malte et des états italiens, la Régence d’Alger, de Tunis et de Tripoli. Ni les chrétiens ni les musulmans n’en réchappaient. Des milliers d’hommes et de femmes étaient réduits à l’asservissement et ne rachetaient leur liberté qu’à un prix fort astronomique. Leur seul tort était de se trouver sur le chemin de ces corsaires, maitres des mers. Tous ces états la pratiquaient sans honte ni vergogne. C’était une barbarie qui ne disait pas son nom. Cependant au 19e siècle, les sociétés commençaient à s’émanciper. C’est ainsi que les chefs d’État concernés, du moins européens, avaient tenu le congrès de Vienne le 7 juin 1815. Les travaux avaient abouti à redessiner la carte de l’Europe : des territoires sont retranchés ou rajoutés à des États. Outre ce fait majeur, des résolutions furent adoptées. Elles allaient révolutionner le monde. La traite des noirs fut abolie et la captivité des chrétiens par les États nord-africains fut carrément interdite sous réserve de représailles. De plus, la liberté du commerce fut adoptée et donc la piraterie devenait un fléau à combattre. L’État le plus visé était naturellement la Régence d’Alger dont la force navale était encore très puissante et pouvait contrecarrer les mesures prises par le congrès. Donc, il était impérieux aux nations d’Europe d’affaiblir ou rendre hors d’état de nuire cet ennemi redoutable qu’était la Régence d’Alger qui investissait de grandes dépenses de son budget dans la construction aéronautique et l’emploi d’une nombreuse armée de janissaires, non moins redoutable. De ce fait, elle avait de plus en plus besoin d’esclaves chrétiens pour galérer sur ses vaisseaux en haute en mer en bravant tous les dangers naturels ou les attaques de puissances ennemies.

Les bombardements du 27 aout 1816        

Depuis trois siècles, la Régence d’Alger pratiquait ce commerce à haut risque et plein de dangers pour perquisitionner les vaisseaux de commerce qui naviguaient même en haute mer, pour s’assurer que ceux-ci ne représentaient aucun péril pour sa marine de guerre ou marchande. Les corsaires algériens avaient acquis une forte réputation en Méditerranée et en Atlantique. Cependant, ils traitaient leurs victimes avec une injustice avérée et des humiliations répétées. Plusieurs guerres navales les avaient opposés aux nations européennes, mais jamais ils ne furent détruits. Ils subissaient des dégâts, certes importants, mais ils parvenaient vite à réparer les dommages occasionnés soit à leurs vaisseaux soit aux fortifications portuaires.

Le dey Hadj Ali ne réchappait à cette règle générale du corsaire brave et intrépide, opiniâtre et impitoyable. Il commettait des injustices flagrantes à l’égard des chrétiens que sa flotte capturait en haute mer dont les captifs étaient astreints à galérer et les femmes étaient vendues au plus offrant. Sa barbarie farouche faisait sa triste réputation. Ces iniquités généraient de forts ressentiments et entretenaient un climat d’hostilité à son endroit par les chancelleries d’Europe. C’est ainsi que le 2 juillet 1815, le ministre turc de la Marine signalait au sultan Mahmoud les mauvais traitements que le dey infligeait aux chrétiens. Il ajoutait que l’amitié qui existait avec l’Europe s’était transformée en querelle et en agression. Donc, il était quasiment en état de guerre ce qui perturbait la navigation et le commerce maritime. Sa folie des grandeurs engageait à brève ou longe échéance les Algériens dans une guerre ouverte. En effet, en aout 1814, l’amiral britannique William Sidney Smith fait appel à l’Europe pour mettre fin à la piraterie des états barbaresques. En réplique, Hadj Ali encouragea Rayes Hamidou à multiplier les attaques contre les Européens et ses voisins. Le 23 mars 1815, Hadj Ali fut tué et remplacé par Omer. Celui-ci se lança évidemment dans la course, alors que le consul Deval en fit un rapport élogieux qu’il avait adressé à son ministre.

La marine britannique réagit sans tarder. Une expédition est lancée, sous le commandement de l’amiral lord Exmouth, conjointement avec la flotte hollandaise qui était sous les ordres de l’amiral Von Capellen. Bientôt ces deux forces navales arrivèrent devant Alger le 27 aout 1816. Lord Exmouth signifia au dey Omer un ultimatum d’une heure pour signer la paix et libérer tous les captifs chrétiens sans rançon. Le dey et son cabinet refusèrent. Les deux flottes se rapprochèrent des forts du port, sur le pied de guerre et la menace affichée notoirement. Cependant, elles étaient à bout portant de l’artillerie des défenses d’Alger. Mais le dey Omer préfère attendre au lieu de donner l’ordre à ses mortiers d’attaquer. Il perdit ainsi l’effet de surprise que recherche toute armée pour s’assurer sa suprématie. La bataille éclata et au bout d’une heure, les fortifications d’Alger étaient anéanties. Elle dura 11 heures 23 minutes, faisant un désastre. La défaite de la Régence était alors actée. Le dey Omer accepta de signer la paix aux conditions exigées. Ainsi, 1 200 captifs chrétiens furent libérés sans rançon, évaluée à 2 millions de riyals français

14
jan 2022
Posté dans Non classé par bencherif à 9:48 | Pas de réponses »

                                  De la nuit

 

                                          

Quel beau séjour dans les nuits longues

Quand âme ne vive, ne respire,

Que se tuent les mauvaises langues,

Epuisées tout le jour de médire.

Que vienne le temps de communier

Sous le ciel constellé ou gris sombre

Quand soufflent les brises raréfiées

Que tombe la rosée sans nombres.

 

Eté, printemps, automne et hiver

Le désir est toujours conquérant,

Tendre ou Violent, mais téméraire,

Berceur d’évasion et suggérant,

Puis soufflant chaud  enfin affolant

Moissonnant les beaux champs de l’extase,

Sous l’ardeur des cœurs pris dans l’élan,

Quand la passion survoltée embrase.

 

Alors c’est la promesse de l’amour

Couronné de bonheur fastueux

Conçu sans magie par tes atours,

D’inégal panache somptueux.

 

14
jan 2022
Posté dans Non classé par bencherif à 9:45 | Pas de réponses »

                                                       Doug, le village

                                                      

Au sud du royaume des Maures, dans l’atlas saharien, le Mons Malethubalus (le mont des ksour), forme la frontière entre les terres fertiles du nord et les immensités désertiques du Sahara. Il est puissant et généreux, densément boisé sur ses hauteurs, gorgé de sources dont les eaux pures vont se perdre dans les lits des oueds qui traversent de nombreuses vallées ou encore échouer dans les marécages disséminés çà et là, sur des centaines de lieues au sud-est. Son altitude dépasse deux-mille-deux-cents mètres et Il est d’accès difficile. Il représente un retranchement idéal, en  cas de danger imminent.  C’est aussi la frontière entre les terres fertiles du  nord et le Sahara,  de nombreuses tribus Gétules  vivaient. Les chasseurs cueilleurs étaient leurs ancêtres. Ils avaient évolué au fil des âges, depuis la préhistoire, environ quatre à cinq-mille ans, avant notre ère, dans un environnement hostile au milieu de grands fauves et de pachydermes  avec lesquels ils se disputaient la vie. Ils avaient en outre laissé à la postérité de mémorables témoignages sur leur existence, qu’ils avaient sculptés sur les roches, au moyen d’outils primitifs, dont l’inventaire exhaustif  n’a pas été établi entièrement.

Au nord du bassin-versant, la montagne bleue se dressait majestueuse et imposante, avec des parois raides, favorable à l’ascension, marquée de dépressions abruptes où tombaient, de façon torrentielle, les eaux pluviales de saison. Son sommet, qui dépassait les deux mille mètres, semblait toucher le ciel. Ses bois étaient étagés et plus on montait, plus ils étaient épais et denses, parfois inextricables, par un tapis broussailleux de romarin, d’alfa, de palmiers nains. Le chêne vert, le genévrier et le pin les peuplaient essentiellement et en faible partie le châtaignier, le caroubier et même le pommier sauvage. Son gibier était  composé de mouflons, insuffisant cependant pour nourrir tous les grands prédateurs en grand  nombre et dont la mobilité rendait la chasse aléatoire.

Sur plusieurs éminences, étaient construits des groupes de tumuli, en  dalles, les unes posées sur les autres, qui faisaient huit mètres de diamètre et un mètre et demi de relief. C’étaient des sépultures familiales, comme il y en avait partout dans toute la région ou encore sur les Hauts plateaux et plus au sud. Malgré, ces grandes dimensions, la hauteur des chambres funéraires n’atteignait pas un mètre. Au fil de l’évolution des mœurs du peuple Gétule, elles avaient succédé aux Basina que l’on retrouve dans certains endroits dans le  Nord du pays. Les premiers tumuli remontent au troisième millénaire et leur développement avait été réalisé à deux-mille ans avant notre ère, en rapport avec l’accroissement de ces populations et de leur niveau d’émancipation.  En effet, il y a vingt-deux-mille ans, toutes ces tribus s’étaient notablement. Elles parlaient leur langue berbère dotée de son alphabet propre et qu’elles partageaient avec l’ensemble des populations de l’Afrique du nord. Néanmoins, l’écriture n’était pas vulgarisée et restait du domaine de quelques érudits ou des rois. C’était le  cas, des tribus du Mons Malethubalus dont celle de Doug. Elles sont semi-nomades, semi-sédentaires.

Sur les contreforts de la montagne, sillonnés de talwegs, situés à mille-trois-cent  mètres d’altitude, le  village Gétule, Doug, s’étendait sur un immense site, d’Ouest en Est. Il comptait plus d’une cinquantaine d’habitations, distantes les unes des autres, alignées sur plusieurs rangées, comme si les concepteurs avaient voulu tracer des boulevards infinis. Leurs matériaux étaient faits de troncs d’arbres, de branches, de roseaux, de terre glaise, de peaux  d’animaux sauvages ou domestiques.

Le village se réveillait aux premières aurores, comme à son accoutumée et toute la  vie renaissait avec un beau sourire et une promesse de bonheur et de paix. Le soleil sortait lentement de son disque jaunâtre. Ses rayons, sans grande fluorescence, éclairaient à peine l’horizon. Déjà, les chaumières dégageaient les fumées qui s’élevaient vers le ciel en spirales, sans cesse tourmentées par le souffle d’une légère brise. Les sanglots d’un bébé martyrisaient le silence auroral, alors que sa mère dormait du sommeil du juste. Un mari grondait sa femme qui tardait à lui servir son petit-déjeuner. Un vieillard appelait de toutes ses forces sa bru pour l’aider à sortir de la hutte. Les gens se levaient par un  grand bruit, toujours pressés à vaquer à leurs occupations.

14
jan 2022

Ratissages

Pour rassurer les colons, les autorités civiles et militaires avaient décidé une opération militaire punitive de grande envergure dans le Zaccar le jour même. Elle était justifiée par l’état d’esprit phobique des populations européennes et une grande fierté des indigènes d’être encore capables de prendre les armes et conquérir des droits que la paix ne leur avait pas octroyés. Le général Paul Alphonse Grisot avait été requis par le gouverneur général Jonnart, en santé déclinante, sur le point de démissionner. L’armée est plus que jamais requise à frapper fort et vite. Elle doit enlever toute velléité aux indigènes de penser révolte, de prendre les armes, de vouloir vengeance. Elle doit non seulement les impressionner, mais aussi les terroriser longtemps.

Une force considérable est déployée. Ses effectifs donnent une impression de terreur et prédisent que les représailles devaient être terribles. Ils signifient en clair qu’ils sont sur le pied de guerre, contre une population désarmée et isolée. C’est la formation d’une puissante colonne qui se met en mouvement pour s’engager dans les hostilités, comme pendant la guerre de conquête. Le haut commandement du 19e corps est décidé a réprimer de la plus atroce façon. C’est le retour aux méthodes de la terre brulée du maréchal Bugeaud. Le 28 avril, deux jours seulement après l’écrasement de la révolte, 1 200 soldats stationnent le long de la voie ferrée qu’ils surveillent, 800 autres partent ratisser dans la montagne du Zaccar où se sont réfugiés les rebelles :

-          Un bataillon du régiment des Zouaves d’Alger

-          Deux compagnies de tirailleurs d’Orléans ville

-          Un escadron des chasseurs de Blida.

Au total, deux mille soldats, entre Zouaves, Tirailleurs, sont sous le commandement du général Octave Gilet. Trois torpilleurs appareillent pour surveiller les côtes de Cherchel. Est-ce que les craintes du commandement étaient justifiées pour mener la guerre aussi sur mer ? Aucune donnée historique n’est disponible ni pour infirmer ou confirmer sa justification. Toutefois, nous avançons avec la plus grande réserve que le commandement militaire craignait l’implication de la tribu des Benimenaceur qui avait assiégé cette ville en 1871 pendant un mois (25).

Ces forces considérables paraissent incroyables, telles rapportées par ce journal métropolitain. Cependant, un embrasement de la région n’était pas exclu par les autorités coloniales, d’autant que l’Angleterre et la France se livraient une guerre sourde et ce fait n’était un secret pour personne. Les forces engagées dans le Zaccar, soit 800 soldats, sous le commandement du lieutenant-colonel Pierre Léré, sont également citées par Christian Pheline dans son ouvrage (26). Ils ont pour directives de ramener les individus âgés de 15 à 65 ans. Ils se rabattent sur un douar de 3200 âmes, de tout âge. Ils pillent et saccagent les gourbis, violent des femmes et des filles, tirent sans sommation. Ils ont tué des indigènes. Mais combien ? Le saurait-on jamais ? En tout cas, les Zouaves s’enorgueillissaient d’avoir tué quatre-vingts indigènes. Il faut souligner avec amertume qu’aucune enquête n’avait été menée sur les abus et les crimes commis par ces soldats endurcis et aguerris contre des populations paisibles. L’opération dura plusieurs jours et s’était soldée par des centaines d’arrestations.

Le débarquement

Le maréchal de Bourmont fut chargé du commandement du corps expéditionnaire, s’appuyant du plan d’attaque conçu par le capitaine Boutin en 1808. Aussitôt, la flotte s’était mise en mer, en navigation continue pendant plusieurs jours. Le débarquement eut lieu au port de sidi Freidj le 14 juin 1830. Le motif avancé de l’agression consistait à venger l’affront subi par le consul Duval frappé par le dey avec son éventail. À deux heures du matin, les troupes de la première division, à bord de leurs navires, attendaient sur le pont les chaloupes pour les mener en terre ferme. Chaque homme était muni de ses armes et munitions et il emportait en outre cinq jours de vivres. L’artillerie est chargée sur des chalands, puis poussée sur le rivage par des soldats. À cinq heures, le général Berthezene dirigea ses deux brigades vers la gorge de la presqu’ile. Des Arabes embusqués tirèrent des coups de feu puis ils disparurent. Les canons des Turcs, positionnés sur un mamelon, bombardaient ces troupes en marche. Une corvette et deux bricks avaient riposté et pilonné l’artillerie algérienne. La colonne en marche fut surprise par l’attaque de cinq-cents cavaliers arabes. Les artilleurs français les pilonnèrent à leur tour, faisant des victimes, non dénombrées. Alors cette cavalerie s’était repliée et disparut. Les brigades escaladèrent le mamelon obligèrent, au moyen de leur canonnade, les Turcs à battre en retraite, dans le désordre, abandonnant douze canons en fonte et deux mortiers en bronze, encore opérationnel et vite récupéré par la brigade.

Les combats  

Le 15 du même mois, il fut procédé au déchargement du matériel de guerre, sans discontinuité : des voitures pour les batteries de campagne et d’autres équipements nécessaires pour détruire le château de l’Empereur. Quatre jours plus tard, au point du jour, des fantassins arabes ouvrirent le feu sur toute la ligne des avant-postes français. Derrière ces combattants, il y avait deux colonnes d’infanterie et de cavalerie : la colonne de gauche se composait de mille janissaires, six-mille Kabyles, vingt-mille hommes du contingent de Constantine et d’Oran, sous les ordres du bey de Constantine ; la colonne de droite était sous le commandement de l’agha Ibrahim, composée du contingent du Titteri, de Maures, de janissaires et de Coulouglis. Du côté français, deux divisions estimées à vingt-mille hommes, appuyées par l’artillerie, étaient en formation de combat. Sur la baie du côté est, les bricks pilonnaient les positions adverses avec leur artillerie. Les Algériens furent battus à Staoueli. Le 23 juin, les Algériens qui avaient attaqué à partir de Staoueli, devaient, pour libérer Alger, traverser plusieurs collines, distinctes, étagées, telle une fortification régulière, commandées par les hauteurs de Bouzareah. Le lendemain, les forces algériennes envahirent le plateau de Staouali. Elles furent repoussées par l’artillerie française. Désormais, la défaite de la Régence était actée et les forces françaises prirent possession de la ville. Battu et sans espoir de retourner la situation, le dey Hussein négocia son avenir et il capitula le 5 juillet à midi. Il déclara les portes ouvertes d’Alger.

Un combat très court dans le temps, d’une violence relative, selon les pertes humaines avancées par les uns et les autres, qui actait une défaite jamais imaginée par les janissaires ou leurs propres ennemis, un combat infaillible qui consacrait pour longtemps la domination d’un peuple trahi par ses gouvernants qui avaient tous les moyens pour continuer la lute. L’histoire est restée hélas muette sur cette victoire française trop rapide dont les artisans rendaient vaines toutes les tentatives de conciliation, tentée par l’amiral turc du sultan Mahmoud ou le pacha Mehemet Ali. La Guerre urbaine fortement envisagée par le haut commandement militaire et crainte par les autorités politiques n’eut finalement pas lieu. Les Arabes et les Kabyles regagnèrent tout simplement leurs plaines, leurs montagnes ou leurs villes, les poches vides et sans butin, déçus encore par le peu de gloire du dey Husseine.

Les janissaires avaient montré au peuple qu’ils étaient tout simplement une force d’occupation, coupé de tout lien avec la patrie. Ils avaient prouvé qu’ils étaient simplement des mercenaires qui amassaient leurs trésors dans la Casbah dont ils puisaient en cas de besoin urgent pour payer la solde des janissaires en mutinerie, comme il s’en produisait souvent.

Un combat s’achevait sans gloire avec la rapidité de l’éclair. Mais un autre commençait, plus âpre et plus long, plus violent et dramatique, authentique assumé par les fils de cette terre trop irriguée par le sang des martyrs depuis la nuit des temps.

23
déc 2021
     Ces travaux de recherche historique sur cheikh Bouamama ont été menés en 1981, à la demande du ministre de la Culture de l’époque Bessaieh Boualem. Je les ai menés personnellement en puisant dans la bibliothèque familale et d’autres de mes amis me dépassant d’une génération ou plus. J’avais pris également en charge l’élaboration de ce fascicule. Ce travail a été réalisé par une équipe les défunts Mansouri Kaddour, Bouchetata Achour, le regretté père François Cominardi, Achour Ahmed, Bouchetata Abdelkader. Le travail intellectuel a été réaisé par nous, Ahmed Bencherif et François Cominardi. Qaunt aux cartes, dessins, levés topographiques, ils ont été exécutés par les autres membres de ce panel formidable. Ce travail envoyé au ministère de la Culture aavit servie de base à l’élaboration du scénario du film Bouamama par le ministre  Bessaiyeh. Hélas ! Nos noms n’ont pas été cités dans le générique.
  Il est certain que ces travaux répondent à un esprit de recherche exclusive, à l’urgence du moment et au souci de mémoire collective. C’est dire que nous n’avions pas fait un travail d’historien et donc ces batailles et leurs dates que nous avions recensées doivent faire l’objet d’études pour préciser si leur initiative revenait au cheikh Bouamama. Car, les tribus livraient des comabts elles-mêmes pour repousser l’agression dès le mois de mai 1847 et refuser de se soumettre.
C’est dans ce contexte que j’avais remis solennellement mes documents au Centre d ‘études et de recherches historiques des résistances populaires et du 1er Novembre qui avait organisé à Naama le 11 et le 12 décembre 2021 un colloque national sur cheikh Bouamama.
Les documents sont de deux ordres : le fascicule que nous avions réalisé en 1981 à Ainsefra et la photocopie d’un manuscrit intitulé journal de marche d’un légionnaire pour servir à la compréhension de l’insurrection de 1881.
Donc, je vais les publier sur mes sites et j’espère que mes lecteurs pourront enrichir cette mémoire et contribuer à l’écrire dans le but de respecter et d’honorer le combat de chacun.
 Ahmed Bencherif
15
déc 2021

FB_IMG_1639481627560                                          La problématique du lieu de naissance  

                                                    De cheikh Bouamama  

 

                 Cheikh Bouamama, de son nom complet Mohammed Ibn Larbi Ibn Cheikh Ibn Mohammed Ibn Brahim Ibn Attaj Ibn Sidi Cheikh Abdelkader, né en 1833 ou 1840 à Figuig au Maroc. Est-ce pour autant vrai de le détacher de ses origines purement algériennes qui remontent au 14ème siècle et de prétendre toute autre chose qui relève de la tyrannie de l’histoire et de l’indigence culturelle des princes ?  La même problématique se pose avec son décès le 7 octobre 1908 à  Ayoun sidi Mellouk, dans la région d’Oujda. Elle découle en particulier des accidents de l’histoire comme il s’en produit dans d’autres nations.

Ce résistant irréductible avait mené le plus long combat de la résistance algérienne estimé par les historiens à vingt-cinq ans. Il descend de la grande tribu maraboutique de sidi Cheikh  du Sud ouest de l’Algérie. Leur ancêtre sidi Maamar Bellalia[1] était un homme politique qui s’était distingué en Egypte et en Tunisie pour ses idées réformatrices qui déplaisaient aux souverains. Cette tribu était riche et puissante. Elle était de plus maraboutique très influente ; ses ramifications s’étendaient au nord et au sud du pays, au Mali, au Niger, au Maroc.

Si nous savons que Bouamama était né à Figuig, nous ne savons pas par contre avec précision quand était-il venu s’installer à Moghrar Tahtani . Il commençait à se distinguer dans cette dernière localité déjà en 1878. C’est à partir de cette date que l’idée de la résistance contre l’envahisseur que s’incarna en lui. Des données orales nous disent qu’il donna une nouvelle impulsion à la zaouïa de Moghrar Tahtani en 1875. Cependant, la zaouïa existait déjà. Car elle avait été créée par le saint sidi Cheikh en son temps qui l’avait transférée à AlBiodh sidi Cheikh pour des raisons hagiographiques. En effet, le fondateur de la zaouïa d’El Biodh était attribué à sidi Boutkhil au 16ème siècle, un saint descendant du prophète dont les fils émigrèrent à Ain-Sefra après sa mort. Des sources monographiques avancent cette thèse.

Le combattant Bouamama avait suivi la voie du Djihad tracée par ses aïeux et tous ces héros de la résistance algérienne en commençant par l’émir Abdelkader. Il commença la lutte en 1881. Le Maroc avait servi de base de repli aux troupes de l’émir Abdelkader et quand ce territoire leur était interdit, elles se repliaient dans le Mont des ksour.[2] Cette stratégie guerrière de l’émir Abdelkader et cette solidarité du royaume chérifien avaient amené le gouvernement français à conclure des traités avec le Roi du Maroc.

             La bataille d’Isly 11 aout 1844

Pour aboutir à cet objectif, l’armée française avait mené une expédition contre le royaume. C’était la bataille d’Isly. Elle opposa les forces marocaines estimées à 30.000 hommes et aux forces françaises évaluées à 11.500 soldats le 11 aout 1844[3]. La victoire était aux Français. Le bilan en pertes humaines ne dépassait pas 800 morts et 1500 blessés du côté marocain et 32 tués et 72 blessés du côté français. La bataille n’était pas violente, selon le maréchal Bugeaud qui estimait que les pertes marocaines étaient beaucoup plus importantes. Charles-André Julien nous livre son constat sur cette bataille :

            « La cavalerie marocaine ressemblait plus à une cohue inexpérimentée qu’à une armée aguerrie et que la tactique adoptée par le  maréchal avait réussi  pleinement ».

Toujours est-il qu’une paix avait été conclue entre les deux belligérants. Dès cet instant, le sultanat marocain ne put imposer ni sa vision ni exercer pleinement sa  souveraineté sur son royaume.

              La convention du 10 septembre 1844 à Tanger.

L’article 4 du dit traité qualifia l’émir Abdelkader de hors la loi et le plaça en situation de poursuite armée en Algérie et au Maroc.  Il stipule :

« Article 4 : Hadj Abdelkader est mis hors la loi dans toute l’étendue du Maroc et en Algérie. Il sera en conséquence poursuivi à main armée par les Français en Algérie et par les Marocains au Maroc ».

               Désormais, l’émir Abdelkader était traqué aussi bien en Algérie qu’au Maroc. Il était pourchassé de part et d’autre. En effet, l’étau se resserrait autour de lui-même et de ses troupes. Cependant, la question des frontières entre le Maroc et l’Algérie n’avait pas été discutée. Elle reconnaissait que les frontières entre le Maroc et l’Algérie restaient fixées et reconnues conformément à l’état des choses à l’époque de la « domination turque ». L’article 5 de la dite convention stipule :

      « Article 5 : la délimitation des frontières entre les possessions de S.M l’Empereur des Français et S.M l’Empereur des Marocains reste fixée et reconnue  conformément à l’état des choses reconnu par le Maroc à l’époque de la domination des Turcs en Algérie ».      

Les dispositions de cet article démontrent à l’évidence que la frontière algéro-marocaine était perméable. En effet, les liens sociologiques régissaient les populations frontalières, au plan commercial, culturel et même au niveau des liens de mariage.  D’autre part, l’Empire islamique (le Khalifa) délimitait ses frontières seulement avec le monde non musulman. Ajoutons que l’Etat nation est un phénomène du 19ème siècle. La  France avait emporté aussi les archives de la Régence d’Alger qu’elle sauvegarde à Marseille. Elle y accorde un grand intérêt pour des raisons stratégiques. Cette question des frontières internationales allait naturellement aboutir à d’autres discussions entre les deux parties.

Le traité de Lalla Maghhnia du 18 mars 1845.

Cette convention allait établir le tracé des frontières et répartir les tribus et les ksour concernés par cette perméabilité frontalière. Elle avait été discutée par une commission mixte franco-marocaine. Le général de La Rue représentait le gouvernement  français d’une part et de l’autre le caïd d’Oujda si Hmida et le représentant du sultan Ahmed El KHADIR Selaoui. Le général de division Ange Auguste de Martimprey avait dessiné un an plus tôt une carte fixant les limites du Tell, selon le tracé frontalier de la Régence d’Alger. La commission mixte répartit entre la France et le Maroc les tribus et les ksour entre Teniet Sassi, à 70 km au Sud est d’Oujda et considéra le Sahara comme un no man’s land. Il s’agissait des puissantes tribus confédérées des Ouled sidi Cheikh et des Hamyan. Il en résultait que les Gheraba dépendaient de Fez et les Cheraga relevaient d’Alger. Ce n’était pas un simple tracé géographique frontalier qui entrait en application, mais une atteinte flagrante aux droits fondamentaux de ces tribus morcelées.  Les autorités colonisatrices avaient procédé délibérément à la dislocation de leurs liens traditionnels au double plan économique et social. Pourtant, ces deux grandes confédérations avaient toujours dépendu de la Régence d’Alger.[4]  Dans l’immédiat, le traité consacrait l’isolement de l’émir Abdelkader.

Le général Ange Auguste de Martimprey[5] regrettait lui-même  qu’il avait fait la grave erreur de détacher de l’Algérie les Ouled sidi Cheikh Gheraba, en se basant sur des informations erronées selon lesquelles les Gheraba voulaient dépendre du Maroc. En clair, il reconnaissait avoir coupé un seul et même corps entre deux entités sociologiques. Il nous faut préciser que des familles des Ouled sidi Cheikh Gheraba  vivaient à Figuig et une grande fraction vivait à Qalaat Bouamama (Moghrar Tahtania). La grande confédération des Hamyan n’échappait pas à ce démembrement arbitraire.

Le tracé de ces nouvelles frontières échappait à toute logique. Le biographe de Lyautey donne un verdict contemporain glaçant :

« La géographie et le bon sens montraient que jusqu’à la Moulouya, le pays était un pays algérien »[6].

Une autre remarque s’impose. Elle réside dans le fait de la volonté du gouvernement français de laisser le Sahara sans limites frontalières. Cette issue était profitable à la France dans sa politique de pénétration. Néanmoins, le sultan du Maroc avait accepté cette condition sans formuler une quelconque opposition. En clair le sultanat marocain reconnaissait de facto qu’il n’exerçait aucune souveraineté sur la partie Nord ouest du Sahara.   Le royaume ne devait en aucun cas revendiquer aucune parcelle de territoire dans les années à venir, pour la simple raison qu’au moment des discussions frontalières il n’avait opposé aucune réserve. l

Le traité de Lalla Maghnia du 18 mars 1845 stipule :

 

Cette convention répartit les tribus et les ksour selon les articles suivants :

             L’article 4 stipule :

« Dans le Sahara il n’y a pas de limites territoriales :

         Ceux des Arabes qui dépendent du Maroc sont les tribus Mebeia, les Beni Guil, les Hamian Djenba, les Eumour Sahara et les Ouled sidi Cheikh Gheraba ;

         Ceux des Arabes qui dépendent de l’Algérie sont : les Ouled sidi Cheikh Cheraga, les Hamian, excepté les Hamian-Djenba ».

          L’article 5 dispose :

            « Les Kessours qui appartiennent au Maroc sont Ich et Figfuig.

               Les Kessours qui appartiennent à l Algérie sont AinSafra, Assela, Sfissifa , Tiout, Al Abiad Boussemghoun ». 

     

Cependant, cet article ne mentionne pas les ksour de Moghra Foukani et  principalement Moghrar Tahtani territoire par excellence des Ouled sidi Cheikh Gheraba. Ce vide résulte d’une méconnaissance géographique et anthropologique de la  région par les autorités françaises. En effet, la première exploration scientifique  de la région remonte au mois de mars et mai 1847 par le général Cavaignac qui avait mené une expédition militaire de 12.000 hommes pour soumettre le Mont des ksour, zone montagneuse qui servait également comme zone de repli aux combattants de l’émir Abdelkader[7].  C’est au cours de cette expédition guerrière que les localités de Moghrar Tahtani et Moghrar Foukani étaient citées. Signalons également que le général Cavaignac avait donné l’ordre de bombarder le ksar de Moghrar Tahtani qui fut littéralement détruit.

Notons que ce problème des frontières avec le royaume chérifien n’existait pas avant la conquête française de notre pays le 14 juin 1830. En effet, les gouvernements successifs de notre Etat en connaissaient le tracé précis et envoyaient leurs troupes chaque année lever l’impôt sur ces populations du Sud ouest. Pour rappel, le ksar de Chellala qui ne voulait pas s’en acquitter, a été contraint à payer par la force des armes au 18ème siècle.

Cheikh Bouamama allait lui aussi faire les frais de cette désagrégation sociologique de tribu. En effet, les habitants de Figuig contrecarraient son dessein de faire de cette localité une zone de repli. Il suivait lui aussi la stratégie de l’émir Abdelkader pour se replier en cas d’urgence vitale dans le royaume marocain. Cependant l’attaque du  cortège du gouverneur général Jonnart au col de Zenaga à Figuig le 2 juin 1903 allait changer la donne. Le gouvernement français était amené à opérer directement  dans la région de Figuig, sur la demande expresse du caïd de cette remuante petite ville.

En juin 1904, Bouamama quitta les régions du sud qui étaient désormais défendues par les troupes françaises de plus en plus nombreuses et mieux équipées en armes meurtrières et rapides. Il remonta au Nord en plein Maroc avec un millier d’hommes bien armés. Le général Lyautey envoya une troupe, sous le commandement de son chef d’état-major Henry à Ras Ain de Berguent pour protéger « les tribus amies ». Le représentant du sultan exprima sa reconnaissance aux troupes françaises venues les défendre contre Bouamama et contre le Rogui. Lyautey occupa ce point important avec l’adhésion du Makhzen et fit installer des baraquements. Cependant, le Makhzen protestait à Fez. Paris demanda alors à Lyautey de rappeler ses hommes à Ain-Sefra. Le ministre de la Guerre André envoya un télégramme au gouverneur général pour évacuer Berguent, lequel fut transmis au général Lyautey. Mais le subdivisionnaire d’Ain-Sefra n’était pas prêt à obéir.  Il envoya un télégramme au ministre de la Guerre ainsi conçu :

« Présence seule de groupe d’observation Ras Ain peut contenir tribus qui faisaient précédemment cause commune avec Bouamama…Abandon actuel ne peut être interprété par populations que comme fuite devant Bouamama et prétendant…Oran 31 juillet 1904 »[8]          

Le prétendant au trône était désormais un allié de Bouamama. Il était hostile au sultan du Maroc et  avait une grande aversion pour les infidèles, les impies. C’était Bou Hmara, de son vrai nom Jilali Ben Driss Zerhouni el Youssefi né en 1860 au village des Ouled Youssef. Puissant, le Rogui son autre pseudonyme, s’était révolté contre les Alaouite et le sultan du Maroc, Moulay Abdelaziz en 1902. Il avait soulevé  les tribus en s’imposant comme le défenseur de l’islam et en dénonçant les pouvoirs dévolus à la France et à l’Angleterre. Dès 1902, il est proclamé sultan par les tribus révoltées. Selon Lyautey, les troupes de Bouamama et celles du Rogui étaient plus puissantes que c elles du Makhzen.  En juillet 1907, le général Lyautey, désormais divisionnaire d’Oran, reçut l’ordre d’occuper Oujda, exclusivement la ville. Comme à son habitude, il faisait tache d’huile. Le résistant algérien mourut en octobre 1908 sans avoir à aucun moment demander l’aman. Sur son lit de mort, Bouamama confirme son refus de demander l’aman :

« Lyautey est un grand maitre …Je ne puis me soumettre à lui … »[9]

Quant au Rogui, il fut vaincu en 1909 par le sultan Moulay Abdelhafid grâce à l’artillerie lourde fournie par la France. Il fut  exécuté le 2 septembre de la même année.

Le Maroc était alors en décomposition et vivait en pleine anarchie qui pouvait porter de graves préjudices à l’Algérie coloniale.  C’est ce qui explique l’occupation du Maroc ratifiée par le traité de Fez du 30 mars 1912 qui en fait un protectorat, soit un Etat protégé pour l’intégrer dans la modernité au plan économique administratif et militaire. Pourtant, le royaume chérifien avait les possibilités pour mener une résistance durable qualitative et quantitative. Le souci du roi était de préserver la monarchie, qualifiée de droit divin et de mater toutes les oppositions ou les révoltes. Cette même préoccupation était partagée par la France.

 

Ahmed Bencherif

Ecrivain chercheur

Auteur du procès des insurgés

De Margueritte cour d’assises

Montpellier 1902-1903

 

Naama le 12/12/2021


[1] Djillali Sari ‘L’insurrection de 181-1882 ; SNED p.28

[2] Félix Jackpot l’expédition du général  Cavaignac dans la steppe et les ksour.

[3] Charles-André Julien ‘Histoire de l’Algérie contemporaine Casbah éditions p.199

[4] Djillali Sari ‘L’insurrection de 181-1882 SNED p.33

[5] op.cit Charles-André Julien

[6] André Maurois ‘Lyautey’ Librairie Plon p117.

[7] Le général Cavaignac l’expédition du

[8] André Maurois ‘Lyautey’ p130 édition Plon 1931

[9] André Maurois Lyautey p 177

12345...54

Yasume |
les poèmes de mistigri |
philantrope de mbarta |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | HAZA LANITRA
| beauty $pot
| lalarmedelephant