ahmed bencherif écrivain et poète

Bienvenue sur le blog de ahmed bencherif blog de culture et Littérature

  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 8 juin 2009
Archive pour le 8 juin, 2009


bleu oeillet’extrait de l’odyssée à paraitre ahmed bencherif

8 juin, 2009
Poésie | 5 réponses »

                             Bleu œillet, extrait de l’odyssée à paraître ahmed bencherif

            Je te vis radieuse, vêtue de bleu oeillet

            Entre le tapis vert et le jaune doré,

            Sous l’éther par journée très peu ensoleillée

            Et, tout autour de toi, se dressaient les fourrés.

            Tes noirs cheveux retombaient sur tes seins,

            Tes yeux éjectaient la flamme pour brûler,

            Lovés sous les cils noirs, sur ton visage sain

            Sans faux pli, ni rides dont la peau était halée.

 

            Tu étais si belle dans ce champ de blé mûr,

            Gracieuse comme la biche de ton bled,

            Attirante sans fin, rafraîchie par l’air pur,

            Souriante à l’envie, sûr de ton remède.

            Les épis caressaient tes jolies mains brunes

            Les herbes s’inclinaient à tes pieds couverts.

            Par émoi, l’artiste retenait son haleine             

            Et de partout montait le chant de l’univers.

            Derrière toi, le champ prenait sa naissance,

            Pour se jeter loin et finir au tapis vert

            Fermé par une haie de plantes peu denses

            Qui fermaient l’horizon où naissait le bel éther.

                  

            Un vent léger soufflait, caressait tes cheveux,

            Baisait ton visage, rafraîchissait ta peau

            Collait ta chemise sur ton corps délicieux,

            Te susurrait à l’ouie l’évasion au hameau,

             Roucoulait la chanson de l’amour à venir,

             Berçait les feuillages où nichaient les oiseaux

             Faisait flotter le blé joyeux de t’accueillir,

             Heureux de vivre un jour avant la fatale faux.

             

             Le gazon immense, par ci par là terreux,

             Te faisait un beau lit  très épais et tendre

             Pour mouiller de rosée ton corps svelte et gracieux

             En sentir l’haleine sans plus attendre,      

             Pour vivre des moments de plaisir intense,

             Gravé en mémoire jusqu’à la fin des temps,

             Oublier tes soucis, détruire tes transes,

             Jouir à satiété de joie cachée longtemps.

            

Yasume |
les poèmes de mistigri |
philantrope de mbarta |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | HAZA LANITRA
| beauty $pot
| lalarmedelephant