ahmed bencherif écrivain et poète

Bienvenue sur le blog de ahmed bencherif blog de culture et Littérature

Archive pour juin, 2010


le saint dragonnier-extrait la grande ode-ahmed bencherif

16 juin, 2010
Poésie | 1 réponse »

                                        Jocelyne ! Tu verras le saint dragonnier,

                                        Au bord de l’oued, dans un nid de roseaux   

                                        Veillé par la koubba du santon altier,

                                        Dont le lit se draine parmi les vaux.

 

                                        Sur l’aire spacieuse, de forme ronde et nue,

                                        Au milieu des jardins, ébruités de paysans,

                                        Fournis de légumes et de fruits charnus,

                                        Cultivés de choux verts, conquis de liserons,

                                        Au bord de l’oued en face da la marre

                                        Située au pied de la haute falaise,

                                        Croit l’arbre vénéré depuis un millénaire,

                                        Fourni abondamment de petites fraises

                                        Sur les cimes fleuries comme un bouquet géant,

                                        Tel un gigantesque parasol suspendu

                                        Sur le fut énorme formé d’un trou béant

                                        Par plusieurs racines marron clair et tordues.

 

                                        Des femmes fragiles viennent s’y recueillir,

                                        Font leur pèlerinage autour de la sainte

                                        Incarnée par l’arbre sans aucun souvenir,

                                        Vivant en mémoire sans d’autres empreintes

                                        Que le henné teinté deux fois par semaine

                                        Avec un bel amour stoïque et profond,                                                                                                                                 

                                        Ou de petits foulards noués aux racines,

                                        Ou bien encore des morceaux de charbon.

 

                                        Elles sont deux ou trois à venir sans enfants

                                        Du village nègre qui fête le taureau

                                        Chaque année à la fin d’octobre gémissant  

                                        Par un groupe d’hommes coiffés de callots,

                                        Ivres de musique et souvent en transe,

                                        Par les chants religieux sur fond de sons cuivrés

                                        Des castagnettes tendres et les résonances

                                        Des tambours, à la main habile, ouvragés.

 

                                        Elles sont possédées par de mauvais esprits,

                                        De jambes amorphes, les yeux noirs distraits,

                                        A la voix sans timbre et le teint fort blêmi

                                        Par une névrose qui amoche leurs traits.

 

 

 

 

                                        Elles font de leur drap un paravent flottant

                                        Accroché à l’arbre providentiel,

                                        Pour fuir les regards indiscrets, mais guignant

                                        De paysans sans loisirs, attachés au label.  

 

                                        Les dames, d’age mûr, au ventre enlaidi

                                        Par la fécondité assez prodigieuse,

                                        Encensent les lieux, en tournant de pas hardi

                                        Autour de la sainte prestigieuse,

                                        S’allongent sur le dos, le corps en repos,

                                        L’âme en quiétude, l’évasion active,

                                        Somnolent dans la paix, marmonnent des propos

                                       Frémissent et tremblent d’affection maladive.

 

                                       Elles restent très longtemps à geindre au soleil,

                                       Se lèvent ensuite, curées par le plein air,

                                       Dégourdies d’énergie, leurs joues vermeilles,

                                       Le mal exorcisé sans quinine amère.  

                                     Souvent la noire danseuse obèse

                                     Se produit de façon voluptueuse :

                                     Ses gros seins ballottent, ses yeux sont en braise,

                                     Ses fesses se roulent, ses joues sont rieuses,

                                     Son pied dame le sol, ses avant-bras se tordent,

                                     Sa large poitrine se gonfle et dégonfle,

                                     Ses cheveux dénoués flottent et descendent,

                                     Epars, sur ses épaules ; sa peau noire enfle,

                                     Son buste se penche, sa tête balance,

                                     Son bas-ventre vibre, ses hanches dandinent,

                                     Ses pas courts évoluent en grande cadence,

                                     Ses mouvements sont lents, effarants de signes.

 

                                     Elle danse et se mue, émue de grand plaisir

                                     Qui mue en passion subite, effrénée.

                                     Chauffée, elle mouille, ne cesse de frémir,

                                     Folle de jouissance et ensorcelée.

 

Jocelyne, extrait la grande ode-ahmed bencherif

7 juin, 2010
Poésie | 3 réponses »

                                                       Jocelyne

 

                                           

                                    Heureuse qui comme Jocelyne fut aimée

                                    D’un amour violent sans passion du désir

                                    Voué à l’infini de forme sublimée

                                    Qui naquit un soir d’été, soudain sans prévenir.

 

                                    De présent généreux alloué au quidam

                                    Le bel émoi me conquit, nourri de mystère,

                                    L’immense prodige atteignit mon âme,

                                    Dépêché avec heur d’un lointain univers.

 

                                    Mon esprit débarqua dans son grand royaume,

                                    Faire allégeance royale sans pompes,

                                    Ne chercha à sentir les enivrants baumes,

                                    Ni à voir les attraits gracieux qui dopent.

 

                                    Mon cœur élit logis aux coteaux des Graves

                                    Près de Maison Carrée pour sentir la chaleur ;

                                    Il tremble, il guérit à ses mots suaves ;

                                    A sa voix fluette, il jouit de bonheur.

 

                                    Ma muse irriguait ses vergers assoiffés,

                                    Curant son spleen mortel, lui chantant romance.

                                    Heureux, j’ai communié avec la belle fée

                                    Par delà les chemins, point de résonance.

 

                                    Son flot de paroles m’enchantait à l’envie,

                                    D’expression candide, au timbre mielleux,

                                    Doux comme le zéphyr qui rafraîchit ma vie,

                                    Par les soirées d’été ou les jours frileux.

.

                                    Son verbe cultivait mon imaginaire

                                    Qui n’osa par sacre esquisser le portrait,

                                    Vu le temps d’un songe : cheveux noirs, peau claire,

                                    Sourcils bien tracés, visage plein d’attraits,

                                    De taille moyenne, formes gracieuses,

                                    Au pas fier et souple à ses trois décades,

                                    Aux joues pleines, couleur de cerise

                                    De pommes émergeant en jolie myriade.

 

                                    J’ai aimé ta vertu égale aux moissons

                                    D’un champ très immense fécondé au soleil.

                                    Trois mots du grand amour composent ma chanson

                                    Interprétée de nuit, de jour à mon réveil.

 

                                    Jocelyne ! Tu verras nos sapins, nos cyprès

                                    Au pied de la dune ondulée par le vent

                                    Où surgit la source fraîche, de fond doré,

                                    Couronnée d’un bouquet de verdure flottant.

                                                          

                                    Les cristaux scintillants te feront caresses

                                    Aux chevilles blanches, aux jambes fuselées ;

                                    Tu jouiras bellement de plaisir immense,

                                    Tu voudras cavaler et tu voudras rouler.

Pauline et Hamza, marguerite tome 1-ahmed bencherif

4 juin, 2010
Marguerite t/1; t/2 | Pas de réponses »

       Un rayon solaire parut sur le seuil, pénétra et chassa la triste désolation qui avait perturbé les esprits : c’était la jeune et belle Pauline de souche espagnole. Sa beauté était éclatante, de peau blanche et de chevaux noirs, la sève de sa jeunesse coulait. Un seul regard vous suffisait pour être dans d’heureux transports. Slimane enrageait dans son fort intérieur que son père fût là, déçu de cacher son admiration, de jouer l’indifférent, le grand pieux. « Bonjour Mr le moqadem, dit-elle ». Celui-ci la salua paisiblement. Elle était cliente attitrée et avait de la réserve, mariée à l’interprète de l’administrateur. Elle acheta deux draps, deux rideaux et des provisions, régla la note de dix francs, puis elle demanda à Hamza de ramener avec elle quelques colis, s’il le désirait. « Va avec elle, intima le père ». Hamza porta de bon gré le couffin lourd en produits, tandis qu’elle embarrassa ses jolis bras de colis, emballés dans du papier kraft rugueux, qui pouvait lui égratigner la peau laiteuse. Ils s’en allèrent et Hamza, comme vous pouvez l’imaginer, en était heureux.    

         La rue Saint Arnaud était animée par de multiples boutiques dont certaines répondaient au goût de leur temps, où l’homme était le propre artisan de sa vie et sublimait toutes ces belles curiosités artistiques qui manquent cruellement aujourd’hui dans nos salons ou sur nos épaules : là se trouvait un couturier brodeur, à coté un tanneur décorateur, un peu plus loin un armurier. Leurs articles et leurs produits procuraient de l’émerveillement qui coulait, fluide, dans l’âme ensorcelée par un souvenir vivant, aux motifs admirablement ouvragés. Les deux cafés maures lui donnaient un charme particulier par un canari qui chantait au seuil de l’entrée, par un gros pot de jasmin qui poussait et exhalait ses parfums, par une énorme jarre d’eau fraîche scellée au mur et ombragée par une toiture en planches rustres. Dans ce décor chatouillant, le revendeur de tapis ne manquait pas d‘apporter une touche exceptionnelle et présentait des produits de l’art de différentes régions du pays : Le tapis d’Aflou à grosse laine, le Henbel rasé de Laghouat, le Khidouss (burnous à poils de chameau et laine noire) d’Ain-Sefra. 

          Pauline et Hamza laissèrent, à leur gauche, le boulevard Bugeaud, longèrent l’artère animée bruyamment par des passants aux voix explosives, tournèrent à droite et s’engagèrent dans la rue Cavaignac qui desservait le quartier embourgeoisé. De part et d’autre de la chaussée, de somptueuses ou modestes villas se rangeaient, surélevées au sol, fleuries par de petits jardins à basse clôture, couvertes de tuiles rouges brique vers lesquelles rampaient les œillets, ajourées par de grandes fenêtres aux rideaux fins et transparents. Sur une véranda, une vieille femme somnolait, sur une autre, un homme lisait le journal, tandis qu’un autre cueillait des roses. Et elle, Pauline, passait comme une lumière que dévora le regard d’un passant, vite corrigé au flanc par un cou de coude de sa femme. Dieu l’avait comblée de grâces et de formes harmonieuses : ses lèvres sensuelles brûlaient à distance, ses yeux noisettes ensorcelaient le derviche, les deux grappes qui pendaient à sa poitrine étaient succulentes ; sa longue et soyeuse chevelure, qui retombait sur ses épaules, inspirait le poète au bord de l’eau. Elle avait cette nature espagnole, gaie et cultivée par la note des castagnettes et la danse du flamenco ; en complément de ses grâces, sa vertu la protégeait contre tous les prédateurs.     

         Ils arrivèrent au seuil de la petite villa, moins gaie en verdure et sans véranda.  Hamza voulut se débiner, mais elle le pria d’entrer pour lui offrir un rafraîchissement. Il accepta difficilement et la suivit jusqu’à la cuisine où il déposa le couffin sur la table. Pauline, qui avait presque fondu sous la chaleur, ouvrit le robinet et se débarbouilla à la hâte. L’eau coula chaude et elle pensa qu’il valait mieux s’arroser sous la douche. Elle fit asseoir son hôte sur une chaise, lui offrit un verre de limonade et lui demanda de l’attendre quelques minutes. Elle se retira et l’on entendit l’eau tomber en cascades, puis elle revint, moulue dans une robe légère, plus belle et plus envoûtante. Elle prit une chaise et s’assit en face de Hamza qu’elle admira  sereinement et longuement : il avait une belle figure, des yeux mauves pénétrants, des sourcils assez fournis, une vitalité surprenante et de la tenue avec une grande modération de gestes. Il lui paraissait cependant énigmatique, l’air sévère. Lui-même, avait le regard suspendu sur cette merveilleuse créature qu’il contemplait, qu’il gravait dans son esprit. Il planait, il voguait dans une sphère inconnue, mais merveilleuse. Enfin un charmant sourire se découvrit sur son visage qui respirait un sentiment étrange.   

        -  Tu es belle Madame Pauline, dit-il d’un ton doux. 

        -  Enfin ! A la bonne heure ! Cela me fait plaisir de t’entendre parler. Au magasin, tu étais gai ; en chemin, l’expression dure de ta belle figure m’avait fait peur. Je t’ai peut être dérangé en te ramenant avec moi. Tu n’es pas fâché ?      

        -  Ce n’est pas cela du tout. Cela m’a fait plaisir. 

        -  En es-tu sûr ? Tu voudrais encore m’aider à faire les courses ?    

        -  Je ne sais pas, c’est tellement nouveau pour moi. Je n’ai jamais fait le porteur pour qui que ce soit. Tu sais, je n’avais pas obéi à mon père pour venir avec toi. Je l’ai fait de moi-même, poussé par quelque chose que je ne parviens pas à m’expliquer. Tu viens d’où ? 

 

Yasume |
les poèmes de mistigri |
philantrope de mbarta |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | HAZA LANITRA
| beauty $pot
| lalarmedelephant