ahmed bencherif écrivain et poète

Bienvenue sur le blog de ahmed bencherif blog de culture et Littérature

Archive pour août, 2010


Visa,extrait odyssée ahmed bencherif

12 août, 2010
Poésie | 3 réponses »

                                   Visa

  

 

           Où vas-tu, homme de l’hémisphère sud,   

           Qui sort de la longue nuit coloniale ? 

           L’hémisphère nord crée des écueils rudes

           A tes yeux indiscrets, tes envies de régal.

                         

           Tu aspires à découvrir un monde nouveau, 

           Ces grosses métropoles de luxe attirant,   

           De savoir faire évident au niveau haut,  

           Du label accompli, de charme enivrant. 

            

           Là-bas, la prospérité court dans les villes 

           Et les bourgs, les plaines et les prairies, les usines,

Les grandes surfaces où les produits s’empilent,

           L’université où la science domine,

           Les chances de succès ouvertes pour chacun,

           L’égalité de sexes confirmée depuis lors, 

           La liberté forgée et le droit souverain,   

           L’ambition légitime et l’équité, sans report.  

           

           Ces horizons, hélas, obéissent aux règles 

           Etatiques strictes, drastiques et immuables  

           Qui décantent les gens, les passent au tamis 

           Rejettent des hommes, prétendus ennemis,   

           Ou simplement douteux, ou bien inutiles,

           Des enfants à soigner, de simples touristes

           Des aventuriers en quête de gîte et de mil. 

           Des écrivains aussi. O combien c’est triste.

 

           Hélas ! La culture devient tributaire

           D’un papier, un visa conçu par des Etats,   

           Un sérieux barrage et rigide frontière,  

           Aux échanges humains, un réel attentat.    

          

           Hélas ! Cet écueil me bloqua par deux fois,

           Alors que la ferveur me donnait des ailes

           Pour signer mon œuvre écrite en gaulois,

           De bel art, à Paris, au salon du livre. 

 

           Ce refus de visa ébranla bien ma foi

           Sur mon identité culturelle affirmée,

           Acquise dès mon jeune age comme il se doit          

           Auprès d’émérites maîtres, de renom, acclamés, 

           Qui gravèrent en moi des valeurs universelles

           De la langue de Molière dont j’étais fou

           Amoureux autant de ma langue maternelle

           Riche et en couleurs comme un poème doux.

 

Yasume |
les poèmes de mistigri |
philantrope de mbarta |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | HAZA LANITRA
| beauty $pot
| lalarmedelephant