ahmed bencherif écrivain et poète

Bienvenue sur le blog de ahmed bencherif blog de culture et Littérature

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2011
Archive pour janvier, 2011


sous ta Khaima chants ahmed bencherif

28 janvier, 2011
Poésie | 3 réponses »

                                    Sous ta Khaima

   

 

 

Sous ta Khamia en poils de chameau 

Imperméable au froid, à la pluie,  au vent

De couleur fauve comme un lion,

Tissé aux poils de chèvre noirs émaillant,

Au toit bas soutenu de bâtons à noeuds,

D’oliviers sauvages travaillés à l’huile,

Construite au bas de la colline ocre

Tapissée de touffes d’alfa vert bouteille,

Clairsemée de jujubiers aux feuilles d’alcool,

Dont les Gétules extrayaient du vin 

Pour apporter la joie à leurs jours de fête, 

En plein désert témoin de nouvelles amours,

Sous le ciel constellé de pleine lune

Au tendre et léger souffle du zéphyr, 

Loin de la bergerie où bélier et bouc

Séduisent leurs femelles dans la nuit noire, 

Près d’un feu à grosses braises flambantes,

Ton berger fait griller les cotes d’agneau

Dont l’odeur graisseuse se mêle à l’air

Pour ton hôte de marque convié de nuit

Vêtu de burnous en fine laine blanche

Décoré de raies en soie bleu azur,

Assis sur le tapis rouge d’Aflou à losanges 

Accoudé à l’édredon long en laine fine,

Méditant au souffle chaud des aquilons

Qui livrèrent leur message d’un soir

De janvier, beau message du coeur

Venu de lointain rivage plein de brouillard,

Toi, Fatima, habillée de roche cafetan

Tenu à la taille de fils de laine

Rouge et noire, verte et jaune,    

Sous tes agréables seins galbés,

Parée d’or sur tes grappes de raisin

Aux chevilles légères, aux mains habiles,

Tatouée d’unique étoile à l’avant bras,

Lèvres violacées de patte végétale,

Yeux noircis sur fond de Kohol

Joues empourprées de garance  

Tes douces mains à l’ouvrage,

Ou cuir du fromage tendre

Ou cuir du beurre au parfum enivrant

Ou battre du lait dans l’outre à brebis,

Ou cuir la soupe au mille ingrédients

Et le couscous fin à sucrer au miel,

Le coucous moyen, aussi, à sauce rouge

Et gros morceaux de viande tendre.

Heureuse tu l’es, amoureuse, aussi

Par cette nuit rare dans ta vie enfiévrée

De grosse métropole ennuyeuse parfois

Par son rythme son mode innovant.

 

 

 

Extrait, bédouine 

 

 

 

 

 

Jules Cambon, gouverneur gnéral d’Algérie, extrait marguerite tome 2-ahmed bencherif

26 janvier, 2011
Marguerite t/1; t/2 | Pas de réponses »

          Cambon ouvrit l’instruction publique aux Indigènes, malgré l’opposition farouche des colons et de leurs relais officiels inféodés à leur politique : les sous-préfets et les Hakem refusaient l’inscription de crédits substantiels, en excipant le peu d’enthousiasme des indigènes à envoyer leurs enfants à l’école ; les conseillers généraux déclaraient d’emblée, sous l’instigation honteuse des préfets, qu’ils ne voteraient aucun crédit dans ce sens. La presse les mobilisait, les engageait dans une redoutable épreuve de force, les chauffait, les enflammait sans répit, décrivait de façon absurde ces Arabes que
la France voulait instruire. Les déclarations désobligeantes se multipliaient, perte de temps, perte d’argent pour rien : « L’Arabe est inéducable, sa tête est enveloppée d’une couche ferreuse qui l’empêche d’assimiler le savoir et les sciences, il est l’esclave de ses instincts et de ses besoins traditionnels, il est l’esclave de ses instincts sexuels ; un Musulman qui apprend le français ne prie plus, il a perdu son seul frein, sa seule règle et il sombre dans l’immoralité ». D’autres étaient plus pertinentes et craignaient pour l’avenir : « l’instruction est porteuse de révolution, de revendications des droits de l’homme et du suffrage universel, elle forme de futurs chefs aux insurrections ; les revendications nationalistes apparaîtront,
la Kabylie, aux Kabyles, l’Algérie, aux Arabes ». 

      Le rapport Ferry avait proposé avec force de renforcer les pouvoirs du gouverneur général. Jules Cambon, nommé à ce poste depuis quatre ans, avait présenté des projets de loi en ce sens. Mais, la bataille dans le palais Bourbon était dure, harassante, incertaine. Il ne renonçait pas, revenait à la charge, hissait le débat intellectuel à un niveau supérieur qui lui permettait de refroidir les ardeurs de ses détracteurs. Il était toujours confronté au groupe parlementaire de la colonie qui ne comptait que sis députés. Le député d’Oran, Eugène Etienne, était redoutable et foncièrement opposé à toutes réformes. Il exerçait une influence directe sur cent députés qui l’écoutaient, suivaient ses orientations, ses consignes de vote. Le gouvernement regardait avec impuissance son représentant combattre à tout azimut, le désavouait parfois.  Cambon oeuvrait pour mener une politique indigène avant l’heure et donner crédit à l’image de
la France fortement dégradée dans un climat social, constamment trouble. Il n’avait pas d’ambition puérile, cherchait à faire un travail durable, intelligent, bénéfique à tous. Il se sacrifiait pour les autres, était martyr avant l’heure. Il ne négligeait aucun secteur, se préoccupait aussi du culte auquel il avait octroyé six cents mille francs pour la construction d’églises, cinquante mille francs, pour l’achèvement de la synagogue d’Oran. Les mosquées et les imams avaient grande place dans son programme.      

       Un tel homme était une lumière, une chance inespérée pour une action civilisatrice. Néanmoins, les esprits ténébreux des colons n’en voulaient pas. Il était indésirable, désavoué, honni. Il avait frappé fort, dégommé de gros pontes, tels le directeur de la banque d’Algérie et le secrétaire général du gouvernement général. Les Français d’Algérie, qui étaient divisés, se coalisèrent miraculeusement contre lui, firent couler de l’encre, crièrent partout leur mécontentement et leur fureur. Il était l’homme à abattre et tous les moyens étaient bons pour parvenir à cette fin. La presse était particulièrement virulente en ce mois de novembre, répandait partout du venin, préparait les esprits à la révolte, à la révolution. On le fustigeait, on le criblait, on le moquait, on le raillait. On lui prêtait toutes les vilenies : « Il incarnait le mal ». On dénonçait sa passion contre nature pour l’Arabe, sa politique qui se projetait dans le retour du Royaume Arabe de Napoléon III, on l’accusait de subventionner le journal Al Akhbar, d’exercer des pressions électorales. La dépêche coloniale du député Etienne menait une campagne musclée pour le remplacer, dès le mois d’août. Les plumes n’économisaient pas l’encre et le chargeaient à la démesure hystérique : «  Il était le fourbe grotesque et autoritaire, le Jésuite, le charlatan politique qui exploitait le pays et le calomniait ». 

        Hamza attendait son petit neveu à la sortie Les élèves sortaient par petites vagues en se bousculant, en faisant un énorme boucan, comme s’ils n’avaient jamais appris une leçon de morale. Les camarades de classe étaient les plus virulents : les notes déclenchaient  leurs mauvais instincts, leurs jalousies, leurs vanités et comme toujours les nullards accusaient leur instituteur de partialité. Leurs prises de bec étaient fréquentes,  spontanées, motivées par autre chose que les notations : les injures de sale Arabe et de  Khitano (sale Espagnol) déclenchaient sans coup férir les bagarres. Les petits Arabes, qui mangeaient du couscous d’orge et de blé, avaient du punch et emportaient toujours la victoire sur les petits Français qui mangeaient des gaufrettes. Le neveu de Hamza se querellait avec l’un de ces derniers. Il le bouscula et lui dit : « défends-toi femmelette, répète ce que tu as dit et je te défoncerai le crâne ». Deux frères de race surveillaient l’équipe adverse nombreuse et disaient qu’ils feraient une révolution dont l’école se souviendrait à tout jamais. Hamza intervint et l’incident fut clos. Il emmena son petit neveu qui enrageait comme un léopard. Il le calma peu à peu et ils prirent le chemin de la maison.    

        Le neveu, Taher, n’était pas méchant, n’était pas doux ; il ne cherchait pas la petite bête. Il réagissait promptement aux insultes et se défendait vachement bien. Il tenait pour beaucoup les caractères de son oncle, ce qui choquait son père, Slimane. C’était un élève studieux, en quatrième année, le premier de sa classe, le plus participatif et qui occupait la première table. Il était aussi brillant à l’école coranique, le programme des élèves indigènes était chargé et commençait du début du jour à la tombée de la nuit. Ils étaient intelligents et assimilaient le savoir et les sciences, comme le furent les générations passées qui servirent efficacement et savamment la civilisation universelle. Hamza lui demanda si l’instituteur négligeait ou humiliait les élèves arabes. Taher répondit qu’il avait peur de l’inspecteur qui lui interdisait de nous maltraiter. Les inspecteurs étaient désormais sérieusement impliqués et ne craignaient pas les sous-préfets et les administrateurs ; leur rôle ne se limitait pas seulement à la matière pédagogique, mais aussi aux capacités d’accueil, aux campagnes nouvelles de sensibilisation pour ouvrir l’école aux enfants indigènes.    

        Il était midi. Les clairons militaires ne sonnaient pas la soupe : la caserne était vide, ses occupants s’étaient embarqués pour de lointains rivages, au-delà des mers et des océans. Hamza s’en réjouissait. Il n’avait pas à souffrir les Chasseurs d’Afrique qu’il honnissait, pour leur bas engagement aux côtés du bourreau de son peuple. Il avait grandi et sa pensée avait mûri. Il ne les admirait plus, les considérait pire que des ennemis et leur faisait supporter tout l’échec des multiples insurrections populaires. Leurs caractères belliqueux et hardis ne suffisaient pas à les blanchir. Ce n’était pas le goût de l’aventure qui les avait poussés à porter des uniformes, encore moins le pain : une traîtrise pure et simple condamnée par les masses, blâmée par Dieu qui leur réservait le séjour des enfers. Ils furent inconscients, ce qui donnait une gravité énorme à cette question. Comment peuvent-ils être aux côtés des agresseurs de leur propre pays ? Ces recrues sont ignobles et ne méritent ni indulgence, ni compassion. Aller faire la guerre à d’autres peuples était une pure fantaisie, un acte impardonnable. Et quel en était le prix ? Y’en a-t-il d’abord ? Tout l’or du monde ne puit tenter à trahir sa propre patrie. L’oncle Mohamed, l’ancien tirailleur, est pitoyable. Il est miséreux et vivote avec sa petite pension. Il se croit réellement important, en se pavanant avec ses médailles le 14 juillet. Tous ces auxiliaires sont des ennemis et il fallait s’y faire à cette donnée. Il ne fallait pas hésiter à les combattre en cas de besoin. Les Chasseurs d’Afrique font la guerre à Madagascar,  un pays qui ne leur avait fait aucun mal et les gens qui en parlaient disaient que le front était un enfer. Que ses braises les brûlent ! Qu’ils grillent comme des rats !        

 

Yasume |
les poèmes de mistigri |
philantrope de mbarta |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | HAZA LANITRA
| beauty $pot
| lalarmedelephant