ahmed bencherif écrivain et poète

Bienvenue sur le blog de ahmed bencherif blog de culture et Littérature

  • Accueil
  • > mémoire de Charles Guérib; ahmed bencherif
10
jan 2020
mémoire de Charles Guérib; ahmed bencherif
Posté dans Non classé par bencherif à 10:53 | Pas de réponses »

Et soudain, à travers la grise immensité,
Je me vis dans un lieu funèbre transporté.
J’errais avec lenteur de tombe en tombe, l’âme
Tremblante encore du triste adieu de cette femme.
C’était un soir brumeux de Toussaint. J’arrivai
Au sépulcre où le nom de ma race est gravé,
Et, pressant d’un fiévreux baiser la pierre verte,
Ivre d’une douleur âcre, je criai « Certes,
Ô morts ! il ne faut pas envier ce vivant
Qui gémit comme un pin rebroussé par le vent.
Alors que vous goûtez dans votre nuit profonde
Le souverain oubli de vous-même et du monde,
Cet homme, cet enfant qui se jette à genoux
Pour être, ô bienheureux défunts ! plus près de vous,
Ce rêveur âprement s’enracine à la terre.
L’insatiable feu des voluptés l’altère.
Il ouvre son cœur vide à la gloire ; il attend
Comme une église où va tonner l’orgue éclatant ;
Il espère, il a soif d’aimer, il aime, il doute,
Et, buttant de fatigue, il traîne sur sa route
Son orgueil, son espoir et son ombre en marchant
Vers les monts envahis par la paix du couchant.
Vous qu’il a vus, les doigts crispés, la chair jaunie,
Supporter des saisons entières d’agonie,
Vous encore qu’il revoit, hélas ! joyeux et forts
Et rayonnants d’amour et de jeunesse, ô morts !
Ô morts, partagez-lui les fleurs et les prières
Que les passants pieux répandent sur vos pierres,
Pour que ce voyageur reprenne son chemin
Avec la foi dans l’âme et des lys à la main !

J’ouvris les yeux. Le ciel versait un jour avare.
Des troupes d’albatros volaient autour du phare.
Les voiles des pêcheurs se glissaient hors du port.
Le flot sur les récifs brisait d’un sourd effort,
Et sur la vaste mer au loin blanche d’écume,
L’aube grise traînait son suaire de brume
Qu’une pluie aux longs fils pressés tramait d’argent.

Et moi je demeurai, plein de larmes, songeant
Aux fins d’amour, aux nuits de départ où l’on pleure,
Aux serments révoqués par la fuite de l’heure,
Aux sanglots étouffés dans la gorge, aux baisers
Trempés de sel, aux cris, aux silences brisés,
A ces amants dont l’œil sourit au suicide
Et qui s’en vont, muets et hagards, l’esprit vide,
Emportant sous le ciel douteux du petit jour
Le froid intérieur d’un adieu sans retour.

Ô jeunesse qui fus la mienne, ô douloureuse !
Je te laisse clouée à ta croix amoureuse
Avec un poids mortel de roses sur le front.
Les femmes qui t’ont fait souffrir te pleureront.
Pour moi je redescends la colline gravie,
D’un pas viril, les yeux plus larges, vers la vie.
Forger, lutter, brandir l’épée ou le marteau,
Partager aux errants des routes son manteau,
Être bon, être pur, être grand, être un homme
Que le seul bruit du bien qu’il a semé renomme,
Entrer comme un rayon d’azur dans les taudis,
Remplir d’amour le cœur âpre et sec des maudits,
Visiter les chevets et les âmes sans joie,
Dire « Croyez en Dieu, car c’est lui qui m’envoie, »
Se sentir chaque soir plus paisible et meilleur,
Ce rêve d’une fin de nuit d’avril, Seigneur,
Ne sera-ce qu’un rêve encore après tant d’autres ?
Ou compterai-je un jour au nombre des apôtres
Qui, satisfaits d’avoir accompli leur destin,
Meurent les yeux ouverts sur l’éternel matin ?

Charles Guérin.

ancienne église ELKOL

 20180723_133846


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Yasume |
les poèmes de mistigri |
philantrope de mbarta |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | HAZA LANITRA
| beauty $pot
| lalarmedelephant