ahmed bencherif écrivain et poète

Bienvenue sur le blog de ahmed bencherif blog de culture et Littérature

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 4 février 2023
Archive pour le 4 février, 2023


l’émir Abdelkader, Ahmed Bencherif

4 février, 2023
la conquete de l'indépendance de l'Algérie | Pas de réponses »

La vie d’Abdelkader

 

 

Qui est Abdelkader ?

                          Témoignage d’Alexis de Tocqueville 1805-1859 :

 

               « Il ne faut pas se fier sur le passé et croire que la puissance d’Abdelkader, après avoir brillé un moment, s’éteindra comme tant d’autres. Il est au contraire fort à craindre qu’Abdelkader ne soit en train de fonder, chez les arabes qui nous entourent, un pouvoir plus centralisé, plus agile, plus fort, plus expérimenté et plus régulier que tous ceux qui se sont succédé depuis un siècle sur cette partie du monde. »

                                                        Henri Tessier l’émir Abdelkader p 96

 

 

 

                                Abdelkader, le diplomate

 

               Le traité Desmichels ou le traité de paix abordé lors de l’émission passée nous révèle la dynamique et le génie d’Abdelkader en diplomatie. Sa renommée encore naissante et sa puissance encore en construction n’empêchent pas ce chef non reconnu au niveau International à exceller dans l’art des négociations de questions les plus âpres et les plus complexes. A notre sens, il dépassait de loin le meilleur des ministres des Affaires étrangères de  son temps. Cela est d’autant plus vrai que l’émir poursuit encore l’organisation de son administration toute neuve et pose les premiers fondements de l’État authentiquement algérien qu’il est entrain de créer dans un environnement sociologique complexe et bien souvent hostile, sans compter les considérables difficultés que crée la conquête française de notre pays.

Le général Desmichels écrivit à l’émir Abdelkader pour l’informer qu’il était disposé à entrer en pourparlers avec lui et négocier un traité de paix entre les deux parties en décembre 1833. Abdelkader lui envoya une lettre dépêcha deux de ses lieutenants Miloud Ben Arrach et Ould Mahmoud pour conférer en dehors d’Oran avec Mardochée Amar, représentant le général Desmichels. Dans la lettre, il dit que ses deux envoyés lui feront connaitre ses propositions et si elles sont acceptées, vous pouvez aussitôt envoyer le juif Amar Mardochée auprès de l’émir pour arrêter le traité de paix.

Le général rend compte de la correspondance à son gouvernement et demanda l’autorisation de traiter avec Abdelkader. Paris donna son accord aux conditions suivantes :

1° Abdelkader reconnaissait l’autorité de la France

2° Abdelkader prêtait foi et hommage au roi des Français

3° payait un tribut annuel.

Les négociations furent aussitôt engagées et se poursuivirent du 4 au 26 février 1834. L’émir rejetait carrément les propositions du gouvernement français. Il demeurait  campé sur ses positions. Il savait qu’il était  en position de force et que son ennemi était dans une situation désespérée du moins en faiblesse. Ses hommes étaient menacés de mourir de faim et embarquer ses troupes étaient aussi à haut risque. Finalement, le traité est signé conjointement le 26 février 1834 par les deux parties. C’est le triomphe de l’émir Abdelkader : le traité ne fait aucune mention de cette condition de reconnaissance de l’autorité de la France. Toute la province est sous la souveraineté de l’émir à l’exclusion d’Oran, Arzew, Mostaganem. Son autorité s’étend jusqu’ à Chelef.  Voyons le texte du traité :

Yasume |
les poèmes de mistigri |
philantrope de mbarta |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | HAZA LANITRA
| beauty $pot
| lalarmedelephant