ahmed bencherif écrivain et poète

Bienvenue sur le blog de ahmed bencherif blog de culture et Littérature

  • Accueil
  • > Isabelle Eberhardt, Lavée d’une allégation
Isabelle Eberhardt, Lavée d’une allégation

                                 Isabelle Eberhardt,

                                    Lavée d’une allégation fixe

                                             

 

                                   

                             Isabelle Eberhardt,

                            Extrait de l’article de Abdelmajid Aboura, 

                               Paru au quotidien d’Oran 

  

 

            A vingt ans (1897), elle est l »auteur d’un article publié à la nouvelle revue moderne intitulé « vision du maghreb » où elle dénonçait le massacre d’un village des OulaD Nail par les troupes légionnaires et tirailleurs. Cette manifestation échappe à la vigilance des critiques.                     En septembre 1903, Victor Barrucand lui (Isabelle) offre de ^partir en qualité de reporter dans le Sud-oranais pour le compte du journal AKHABR, à la suite des évènements sur les razzias de Sfissifa, le siège de Taghit et l’affaire d’El –moungar (insurrection de Cheikh Bouama). 

 

            A Ain Sefra, siège du territoire militaire du Sud-oranais, sous le pseudonyme de Si Mahmoud, elle (Isabelle) remplit avec conscience son rôle d’envoyé spécial t interviewa les blessés d’Elmoungar, en donnant quelques détails sur les circonstances de la bataille.

         Elle s’attarde surtout à expliquer l’état d’esprit des troupes. La thèse officielle qu’elle donne c’était Bled-El-Baroud, le pays de la poudre. Ces attaques n’étaient que le moyen de s’opposer ou de se défendre contre la main mise coloniale.

          Elle fait la connaissance du général Lyautey qui lui demande de collaborer ; mais elle refuse ; elle est traitée de réfractaire. Ce qualificatif est rappelée dans tous les discours officiels relatifs à la région, comme celui du gouverneur général d’Algérie Roger Léonnard, le 28 novembre 1953, lors de l’inauguration du monument du maréchal Lyautey à Colomb Béchar. Même, le lauréat du grand prix littéraire de l’Algérie-année 1925, Gabriel Audislo, la traite d’espionne ou d’insurgé, (comprendre espionne contre
la France) dans le livre d’histoire «  visages de l’Algérie » DE FIN JANVIER à FIN MARS 1904 : voyage au Sud-oranais avec Victor Barrucand et détour à Oujda ‘Maroc)

         Début 1904, elle prit contact avec le mouvement anarchiste pour venir enquêter sur les exactions de l’armée coloniale sur la population civile suite aux défaites infligées par cheikh Bouamama aux colonnes du général Lyautey aux batailles de Sidi BElhouari, D’Elguetaf et de Mekitla.

       De septembre à octobre, séjour à Ain Sefra.         

        De retour de Beni-ounif, elle est atteinte de la maladie palustre (paludisme) qui était répandue dans la région. Elle est terrassée par la douleur et la fièvre, elle rejoint Ain-sefra où elle est hospitalisée durant quinze jours.

       Slimane Elhenni dans une maisonnette qu’elle avait louée dans le quartier riverain de l’oued. Le rendez-vous se termine tragiquement ? Crue subite de l’oued, Isabelle est enfouie dans les décombres de sa maison. Slimane parvient à s’enfuir. Le corps d’Isabelle est retrouvé deux jours plus tard. Près de son corps, son,t retrouvés des manuscrits plus ou moins endommagés qui par la suite sont confiés à Victor Barrucand.

    Isabelle, dite si Mahmoud, est enterrée au cimetière de sidi Bougemaa.         

 

«Elle était ce qui m’attire le plus au monde : une réfractaire. Trouver quelqu’un qui est vraiment soi, qui est hors de tout préjugé, de toute inféodation, de tout cliché et qui passe à travers la vie, aussi libérée de tout que l’oiseau dans l’espace ; quel régal. Je l’aimais pour ce qu’elle était et pour ce qu’elle n’était pas. J’aimais ce prodigieux tempérament d’artiste, et aussi tout ce qui en elle faisait tressauter les notaires, les caporaux, les mandarins de tout poils. » Le général Lyautey 

www.saphirnews.com/Isabelle-Eberhardt,-sa-voie-et-sa-foi-en-l-Islam_a3226.html –

 

www.lyautey.mosaiqueinformatique.fr/content/view/27/43/1/5/ –

Lyautey à ain sefra

 

 

cuaab33.blogvie.com/ -

lyautey et bouamama

 

 

 


18 réponses:

1 2
  1. mes chers lecteurs et amis, je programme un colloque national ou international à la mémoire d’Isabelle Eberhardt , qui sera exécuté par le bureau des écrivains de Naama dont je suis le président; nous pensons faire un riche programme de haut niveau, de trois jours sur le plan littérature et de réflexion; je souhaite votre participation ainsi que celle de mon ami Mohamed Rochd et aussi Charles Edmond Roux, ainsi que ceux ou celles d’entre vous qui le souhaitent; donc laissez-moi vos propositions amicalement

  2. mes chers lecteurs et amis, je programme un colloque national ou international à la mémoire d’Isabelle Eberhardt , qui sera exécuté par le bureau des écrivains de Naama dont je suis le président; nous pensons faire un riche programme de haut niveau, de trois jours sur le plan littérature et de réflexion; je souhaite votre participation ainsi que celle de mon ami Mohamed Rochd et aussi Charles Edmond Roux, ainsi que ceux ou celles d’entre vous qui le souhaitent; donc laissez-moi vos propositions amicalement

  3. rochd mohamed écrit:

    Amitiés confraternelles. Joyeux Aïd et peut-être à bientôt, pour l’aïd el kebir si mon version de sud-oranais sort en octobre chez Enag.Mohamed

  4. Bonjour mon ami Rochd ; il est bien dommage que tu aies oublié tes instruments de travail en Alsace pour faciliter tes différents contacts dont les miens; enfin je t’apprends une bonne nouvelle j’ai achevé la deuxième lecture de l’ouvrage de Phéline et donc je suis convaincu maintenant qu’il est vraiment intéressant ; oui son travail est bien agencé; tu sauras aussi que je lui ai envoyé mes félicitations d’autant que nous avons eu un échange sympathique à Ain-Torki -Marguerite- et j’en garde un bon souvenir ; voilà tout est bien qui finit bien

  5. bonne fête cher ami Rochd; tu sais on a une descendance de Sidi Ahmed M-Bouziane à Ain-Sefra ; ils sont parents avec les Bencherif que sa grâce soit sur nous ; enfin à la réflexion le travail de Phéline ne m’intéresse plus;

  6. bonsoir cher Rochd j’ai lu ton dernier commentaire ; je l’ai supprimé pour des commodités pratiques; je connais la question de Marguerite dans ses moindres détails sinon je n’aurai pas fait un roman historique de 800 pages; je suis également objectif; je te répondrai par mail et que tu rentreras tu pourras les lire; merci Ahmed

  7. merci Philppe; question pertienente ! mon oeuvre Marguerite relate des coté sombres de la praxis coloniale ;

  8. jean_philips écrit:

    ¿Pourquoi les amazigh, algeriens et marocains, sont incapables de denoncer les razzias et les gazifications massives effectuées par le Marechal Lyautey en Algerie et au Maroc. La colonisation fraqnçaise n’a pas finie. En plus, la France, ennemie seculaire de l’Islam, a commencé la première croisade, par le biais du Pape français Urbain, et a terminé la dernière croisade sous le commandement de Pov con Nicolas Sarkozy, aujourd’hui chez son fidele serviteur.

1 2

Laisser un commentaire

Yasume |
les poèmes de mistigri |
philantrope de mbarta |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | HAZA LANITRA
| beauty $pot
| lalarmedelephant